Les Biochars selon VALECOM

Mais qu’entend-t-on par biochars ?

Le biochar est un type de produit organique très complexe. Composé des mots anglais « biomass » et « charcoal », il se traduit au sens strict par charbon de biomasse. Les biochars proviennent de la pyrolyse de la biomasse (combustion incomplète). Toute matière organique vaut : bois, feuilles, fumier, etc., à des températures inférieures à 700ºC et à de faibles taux d’oxygène ce qui empêche la combustion. Les conditions exactes de pyrolyse (température, temps de résidence, concentration en oxygène, pression, etc.) dépendent largement de la biomasse initiale et de la technologie utilisée.

La technologie de pyrolyse est légèrement similaire à celle utilisée pour la production du charbon. En effet, la matière organique subit une carbonisation qui produit une réorganisation des atomes de carbone pour donner des structures en couches superposées tubulaires de type graphite.

Les caractéristiques des biochars sont aussi complexes que celles des composts.

Tous les biochars ne sont pas identiques. Ils varient, comme les composts, en fonction du produit initial utilisé. Pourtant, certaines propriétés agrochimiques des biochars peuvent être communes: 

  • Les biochars ont une faible densité, un pH alcalin.
  • La teneur en carbone organique est assez élevée, ce qui lui confère une très bonne résistance à la dégradation.
  • Une grande porosité affecte également leur capacité de rétention d’eau, largement supérieure à celle d’autres matières organiques.
  • La teneur en macro et micro-nutriments sera légèrement plus élevée que dans les produits initiaux en raison de la réduction du volume d’intrants.
  • Une teneur en phosphore disponible est souvent élevée alors que la teneur en azote est généralement faible en raison de la combustion incomplète de la biomasse.
  • Un haut degré « d’aromaticité » donné par le rapport entre les atomes de carbone et d’hydrogène.

Intérêt des biochars en agriculture comme amendements de sols.

Toutes ces propriétés mentionnées font des biochars des produits d’un grand intérêt pour l’agriculture, notamment parce qu’ils sont comparés à leur ancêtre précolombien: les célèbres «Terras Pretas». Dans certaines régions de l’Amazonie, des zones à sols très fertiles ont été découvertes, avec une teneur en matière organique très importante et très stable, capable de prolonger la fertilité des sols dans le temps. Comme tout substrat organique stable ajouté au sol, les Biochars améliorent de nombreuses propriétés physico-chimiques telles que la teneur en carbone et la capacité de rétention d’eau. De nos jours, ils sont sont utilisés en agriculture pour augmenter la productivité des sols, agissant en tant qu’hydrorétenteurs, et stimulant l’échange ionique et la croissance microbienne. Cela fait des biochars des réservoirs de nutriments à libération lente. Selon de nombreux chercheurs l’utilisation des biochars en agriculture comme amendements de sols, limiterait l’utilisation d’engrais chimiques.

La production de biochars est considéré comme une activité qui augmenterait la séquestration du carbone et de l’azote dans les sols agricoles, ce qui permettrait une réduction des émissions de CO2 et de protoxyde d’azote (N2O), deux gaz à effet de serre importants.

Si, en plus d’une réduction des gaz à effet de serre et de l’augmentation de la fertilité des sols, s’ajoute la séquestration des molécules de chlordécone, l’utilisation d’un biochar local participerait à soutenir la filière agricole. Le projet VALECOM vise à développer ce procédé agro-écologique innovant, véritable alternative à la dépollution des sols de notre île.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s